Robert Hayden et la dynamique du conflit dans les sociétés multiculturelles: Postures de l’anthropologue entre les Balkans et l’Inde

Ateliers Inde/Balkans

Vendredi 7 février 2014, UTM, Maison de la Recherche, salle B 431 9h00 – 12H30

Organisation : Galia Valtchinova (Centre d’Anthropologie Sociale, UTM)

Cette demi-journée d’études permettra d’introduire les catégories opératoires d’une posture anthropologique relativement peu pratiquée : la vision sceptique, ou critique, du vivre-ensemble dans les sociétés multiculturelles issues d’anciens empires (Empire Ottoman d’un côté, Empire colonial britannique de l’autre). Cette vision se reflète dans et prend appui sur deux concepts : celui de « tolérance antagoniste » (antagonistic tolerance) et celui de « partage compétitif » (competitive sharing).

Nous nous proposons de rendre compte de l’élaboration de ces deux notions, et surtout de celle de « tolérance antagoniste » – outil heuristique principal de l’anthropologue américain Robert Hayden –, en deux volets : d’un côté, en retraçant l’histoire de certains concepts empruntés que l’auteur met en jeu, ainsi que celle de leurs usages ; de l’autre, en scrutant les ethnographies qui donnent chair au concept en question. C’est dans une double interrogation de l’épaisseur ethnographique et de la logique du raisonnement que l’on tentera d’élucider les opérations intellectuelles, mais aussi les postures morales, mises en œuvre dans la construction du concept d’antagonistic tolerance. Cette analyse du texte de Hayden (2002) est inséparable de la présentation du débat qu’il a suscité (dans la revue Anthropological Theory, 2004 et 2005), débat permettant de s’interroger notamment sur les présupposés implicites à ces deux outils.

Dans un deuxième temps, on mettra l’idée d’une tolérance antagoniste de base à l’épreuve de « terrains » balkaniques et indiens – de cas étudiés dans les deux aires géographiques-culturelles par rapport auxquelles le concept est formulé.

Pour finir, on s’interrogera sur les résistances de la théorie ainsi mise à l’épreuve, et sur les recherches conduites par Robert Hayden lui-même pour lui apporter des preuves supplémentaires, en se tournant entre autre vers la littérature, dans une démarche qui tend à effacer la frontière entre description ethnographique, récits mémoriels et récit de fiction (Hayden 2007). Questionner les limites du récit ethnographique et les passerelles – empruntées par Hayden – qui le relient au fait littéraire permettra de faire la transition vers la seconde manifestation de la série, qui se déroulera au Mirail le 18 mars 2014.

 

Premier volet : les concepts en débat

(Discutant: Guillaume Sibertin-Blanc)

– Galia VALTCHINOVA : Introduction à la problématique. Le concept d’antagonistic tolerance comme outil  heuristique : entre anthropologie du religieux et anthropologie du politique

– Dejan DIMITRIJEVIC (Université de Nice) : Présentation des débats, dans l’Anthropological Theory et ailleurs

 

Second volet : les ethnographies dans le débat des concepts

– Marine CARRIN : Devenir Jharkhandi : L’affrontement des idéologies au Jharkhand

– Harald TAMBS-LYCHE : Conflit, pouvoir et les droits de la minorité en Inde. Un commentaire à l’article de R. Hayden

– Dejan DIMITRIJEVIC et Galia VALTCHINOVA : Entre Bosnie et la République ex-yougoslave de Macédoine, les « cas » de partage compétitif et de tolérance antagoniste.

 

Photo: Chris Wilkinson (BY-NC-SA)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
pbuhlmann (24 janvier 2014). Robert Hayden et la dynamique du conflit dans les sociétés multiculturelles: Postures de l’anthropologue entre les Balkans et l’Inde. MémoCris. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rcvn


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.