Atelier sur les mémoires des esclavages

La première séance d’un atelier interdisciplinaire portant sur les mémoires des esclavages, intitulé

Elaborer la mémoire des révoltes anti-esclavagiste du XIXème siècle: défis anthropologiques et philosophiques

et coordonné par Stéphanie Mulot (LISST-CERS, Université Toulouse II) et Hourya Benthouami (Erraphis, Université Toulouse II), aura lieu dans le cadre du séminaire « Mémoires dominées et créations critiques ». La séance se déroulera le vendredi, 15 novembre, de 9h00 à 12h30, salle D30 de la Maison de la Recherche de l’Université de Toulouse-Le Mirail; y participeront Christine Chivallon (CNRS, Sciences po Bordeaux), Richard Marin (FRAMESPA, Université Toulouse II) et Hourya Bentouhami (Erraphis, Université Toulouse II).

Du Brésil aux Etats Unis, en passant par la Caraïbe, la période de l’esclavage a connu ses formes de révoltes, en premier lieu à bord des négriers avec des mutineries célèbres comme celle de l’Amistad (1839) ou du Créole (1841). La figure de l’esclave insurgé révolté, fugitif s’est incarnée dans des visages désormais célèbres comme Frederick Douglass aux États-Unis ou encore Toussaint Louverture à Haïti, Zumbi au Brésil ou celle plus anonyme du marron dans l’espace francophone. D’autres formes de révoltes ont aussi eu lieu après la fin de l’esclavage, chez des « descendants » d’esclaves, comme celle de l’Insurrection du Sud en 1870 en Martinique. Elles méritent une attention importante, tant elles révèlent les lignes de fractures des sociétés post-esclavagistes.

On s’intéressera aux révoltes du XIXème siècle à un moment précis de l’accélération industrielle des économies de plantation. L’objet de cet atelier interdisciplinaire est de rendre raison à un niveau à la fois ethnographique, historique et philosophique de ce qu’ont pu signifier ces insurrections en les interrogeant non pas à l’aune de leur « réussite » ou de leur « échec », mais plutôt en regard des nouvelles formes de subjectivations qu’elles ont permises, de la structuration socio-raciale qu’elles révèlent, et de l’impératif de commémoration qu’elles suscitent.

 

Photo: Antoine Taveneaux (BY-NC-SA)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.