Le retour des corps et des âmes en contexte post-conflit dans le monde hispanique

Traitement rituel et mémoriel des morts et disparus

Organisée par Marlène Albert-Llorca, Dominique Blanc, Dorothée Delacroix, Valérie Robin Azevedo (LISST-CAS)

Le vendredi 18 janvier 2013 à la Maison de la Recherche, Université de Toulouse Le Mirail

***

Le propos de cette journée d’étude est d’apporter une contribution à l’étude de la façon dont les catégories sociales et culturelles de l’imaginaire de la mort et du deuil se (re)composent dans des contextes de bouleversement radical de l’ordre du monde : violences politiques, guerres et plus précisément guerres civiles. La journée sera centrée sur le traitement des morts et de leur mémoire dans ce type de situations ; elle portera de façon privilégiée sur la mémoire des dominés ou des groupes dits subalternes. Un intérêt particulier sera accordé aux exhumations de charniers réalisées au lendemain de conflits armés ainsi qu’à l’encadrement légiste, rituel et symbolique des restes qu’ils contiennent (ossements mais aussi vêtements, objets personnels, etc.). La question sera abordée de façon comparative : seront confrontés des terrains situés en Amérique latine (Colombie, Guatemala, Pérou) et en Europe de l’Est (l’ex-Yougoslavie notamment). Ces régions du monde ont en effet en commun d’avoir fait récemment l’expérience douloureuse de la guerre civile. De plus, la question des mémoires de la violence y demeure très présente ; elle imprègne de multiples façons le quotidien des populations locales et a des enjeux cruciaux.

 

Trois ordres de questions seront abordés :

– Comme l’ont montré nombre de travaux réalisés dans les dernières années, on assiste aujourd’hui à un processus de victimisation, corollaire d’un processus de judiciarisation, de la mémoire des situations de violence politique. Les  demandes d’exhumations de charniers se situent dans ce cadre, les corps et les restes humains exhumés étant autant d’éléments de « preuve » pour les experts légistes qui œuvrent à l’élucidation des crimes perpétrés. Cette situation invite à s’interroger tant sur l’identité et les motivations des acteurs sociaux qui suscitent ou empêchent les exhumations que sur la posture des légistes qui répondent à cette demande sociale.

– Les traces matérielles de ces individus assassinés, victimes de malemort, sont aussi un support tangible des mémoires de la guerre et de la recomposition du rapport des vivants à leurs défunts. Ce point, plus rarement abordé dans les travaux publiés jusqu’ici, retiendra particulièrement l’attention. On s’arrêtera sur la gestion rituelle des corps exhumés, les modalités des ré-enterrements en particulier, qui exigent parfois des innovations rituelles. On examinera aussi les différentes façons de matérialiser la mémoire de ces morts et la manière dont elles s’inscrivent dans l’espace, dessinant une nouvelle géographie de la mort : tombes « officielles » élevées dans les cimetières, monuments autour desquels on célèbre des cérémonies commémoratives publiques ou, au contraire, marques apposées sur le lieu même de la mise à mort qui sont souvent le lieu de remémorations privées.

– Sera enfin examiné le cas des « disparus ». Comment appréhender leur absence, gérer l’incertitude qui s’attache à cette catégorie et tenter de retisser un lien avec ces morts ? Si la gestion des restes humains une fois récupérés par les familles est peu documentée, tant sur le plan funéraire, matériel que symbolique, on connaît aussi mal les moyens mis en œuvre par les familles pour assumer le non-retour de leurs morts et tenter de mener à bien un travail de deuil. Dans quelle mesure, et selon quelles modalités peut-on nouer des relations avec les âmes de ces morts et disparus? On se penchera dans cette perspective sur les expériences d’apparitions oniriques des âmes, qui reviennent de façon récurrente dans les narrations des familles de victimes dans certaines régions d’Amérique latine, de même que sur les manipulations, à l’échelle familiale ou communautaire, des photographies et « reliques » de ces morts.

Le programme en forme d’affiche est consultable ici:

PROGRAMME JE 18-01-2013 Retour des âmes et des corps

***

Programme de la journée

09h30 Ouverture de la journée. Introduction : Marlène ALBERT-LLORCA

(Professeur émérite Université de Toulouse Le Mirail, LISST-Centre d’anthropologie sociale)

9h45 – 12h45. Présidente de séance : Elisabeth ANSTETT

(Anthropologue, Chargée de Recherches au CNRS. Institut de Recherche Interdisciplinaire sur les enjeux Sociaux)

9h45 – 10h45. Conférence inaugurale : Victoria SANFORD

(Directrice du Center for Human Rights & Peace Studies. Professeur d’anthropologie sociale, Lehman College & Graduate Center, Université de New York)

Coming to Terms with the Past. Exhumations, Truth and Command Responsibility in the Guatemalan Genocide

10h45 – 11h00. Questions

11h00-11h30. Clara DUTERME

(Doctorante Université de Toulouse Le Mirail, LISST- Centre d’anthropologie sociale)

Honorer, commémorer, dédommager. Etat et société civile face aux exhumations et aux victimes du conflit armé interne, dans la région Ixil (Guatemala).

11h30 – 11h40. Questions

Pause

12h00-12h30. Valérie ROBIN AZEVEDO

(MCF Université de Toulouse Le Mirail, LISST – Centre d’anthropologie sociale)

Commission de la vérité et exhumations au Pérou. De la quête des disparus du conflit armé à la remise des corps aux familles 

12h30-12h45.  Questions

Pause-déjeuner

14h00-18h00. Présidente de séance : Galia VALTCHINOVA

(Professeur d’anthropologie Université de Toulouse Le Mirail, LISST – Centre d’anthropologie sociale)

14h00 – 14h30. Dorothée DELACROIX

(Doctorante Université de Toulouse Le Mirail, LISST – Centre d’anthropologie sociale)

Sortir de prison, revenir de la mort ? Lorsque l’expérience carcérale marque le corps et l’âme des détenus au Pérou. 

14h30 -14h40. Questions

14h40-15h10. Arianna CECCONI

(Docteur en anthropologie Université Milan-Bicocca – EHESS)

Quand les disparus réapparaissent en rêve: un regard comparé entre Pérou et Espagne sur les processus d’exhumation

15h10-15h20. Questions

15h30 – 16h00. Anne-marie LOSONCZY-MENGET

(Directrice d’études Ecole Pratique des Hautes Etudes, IRIS)

Les ombres de l’église. Du statut entre mort et disparu et son traitement à partir d’un massacre au Choco (Colombie) 

16h00-16 h10. Questions

Pause

16h30 – 18h00. Table ronde et discussion générale

Les chercheurs invités à intervenir dans cette table ronde s’attacheront à discuter les présentations de la journée pour les mettre en perspective par rapport aux terrains sur lesquels ils travaillent (Espagne, Europe de l’est) ou des réflexions théoriques plus larges (anthropologie sociale, philosophie)

Elisabeth ANSTETT (CNRS – IRIS)

Hourya BENTOUHAMI (Université de Paris VII – Centre de Sociologie des Pratiques et des Représentations Politiques)

Dominique BLANC (Université de Toulouse Le Mirail. LISST – CAS)

Marine CARRIN (Université de Toulouse Le Mirail. LISST – CAS)

Guillaume SIBERTIN-BLANC (Université de Toulouse Le Mirail, ERRAPHIS)

Galia VALTCHINOVA (Université de Toulouse Le Mirail. LISST – CAS)

 

Photo: Marsman (BY – NC – SA)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.