Programme de l’atelier LEFERE

Séance 5 / Lecture et réparation du traumatisme (2)

15 avril 2016 / 9h-12h / Maison de la Recherche, salle

Invitées : Michèle Petit (LADYSS, CNRS-Paris 1) et Sara Bédard-Goulet (LLA-CREATIS, UT2J / Figura, UQAM)

 

Séance 4 / Lecture et réparation du traumatisme (1)

18 mars 2016 / 9h-12h / Maison de la Recherche, salle E111

Maëline Le Lay (Laboratoire Les Afriques dans le monde, IEP Bordeaux), Les pratiques d’écriture créative et de lecture oralisée dans l’Afrique des Grands Lacs (RD Congo, Burundi) : une « tentative de réparation envers les morts à l’usage des vivants» ?

L’Afrique des Grands Lacs est une région depuis longtemps hérissée de fortes tensions et marquée par des violences meurtrières qui cristallisent des mémoires souvent conflictuelles de part et d’autre des lacs et des collines qui constituent le paysage commun de la République démocratique du Congo, du Rwanda et du Burundi. Le parcourir permet de faire l’expérience d’une surprenante porosité des frontières officielles qui contraste avec la densité des écarts (mises à l’écart et prises de distance dans un moindre mal, logiques d’exclusion et d’élimination dans le pire des cas) caractérisant les relations entre les communautés vivant dans cette région.

En dépit d’une structure étatique défaillante (et parfois, grâce à elle), les auteur-e-s s’organisent entre eux/elles, au sein de différents réseaux, pour diffuser leurs écrits via la lecture silencieuse (publication souvent maison et diffusion auprès de libraires, bouquinistes et bibliothèques) et surtout via la lecture oralisée à voix haute : récitals de poésie, cafés littéraires, théâtre radiophonique et théâtre performé. Toutes ces initiatives dessinent les contours d’un paysage textuel riche et diversifié qui atteste de son dynamisme et traduisent la puissance des enjeux identitaires qui l’activent et de la potentialité émancipatrice dont il se veut porteur.

En effet, que ces textes se donnent à entendre dans les réseaux de la diplomatie culturelle française (même indirecte) telle que les alliances françaises et les instituts français ou bien sur les ondes des radios communautaires subventionnées par les ONG, ils semblent tous poursuivre la même quête: réparer les déchirures et retisser les liens. Ainsi les thématiques de la guerre et de la paix, de la dynamique du conflit en général qui sous-tendent les constantes injonctions à l’urgence de la réconciliation et à la nécessaire pacification (davantage qu’à une justice restaurative), sont systématiquement convoquées dans ces écrits. Elles résonnent comme des leitmotiv attendus dans les différentes expériences de lecture faites d’un rivage à l’autre des Lacs Kivu et Tanganyika. Tant et si bien que l’on en vient à se demander dans quelle mesure le « gouvernement humanitaire » (Fassin) qui orchestre presque exclusivement le secteur professionnel des métropoles de la région, ne formate pas les idées qui innervent ces pratiques créatives.

En l’absence d’une histoire littéraire globale (commune à ces trois pays) qui permettrait d’établir la généalogie de cette orientation de l’écriture, je tenterai de mettre en lumière les processus de construction de subjectivités collectives et individuelles qui transparaissent dans ces textes à travers la récurrence de motifs (patterns) et de figures mythiques ou archétypales. Considérant aussi le double pouvoir de la lecture (réparateur et déstabilisant), j’insisterai sur l’ambivalence singulière du théâtre : celle de la scène qui donne voix, corps et chair aux idées et aux affects, quels qu’ils soient.

 

Sabrina Medouda (LLA-CREATIS, UT2J), Quand lire panse, ou la mise en abyme du lecteur dans la littérature féminine ivoirienne

La violence réelle ou symbolique est un élément moteur des récits post-traumatiques lorsque ceux-ci peuvent survenir. C’est le cas chez des écrivains directement ou indirectement confrontés aux violences militaire, génocidaire, sociale ou familiale, ou encore au traumatisme de l’exil. Il convient cependant de prendre en compte une autre composante clé dans le processus de réparation (réparer les vivants et les morts, ou encore les absents), à savoir l’acte de lecture : lectures de manuscrits, écoute des histoires des Anciens participant aussi d’une forme de lecture orale. Lire, c’est donc à la fois voir et écouter pour entendre. Pour des personnages-lecteurs, c’est une condition de survie et de reconstruction après les drames subis.

Mais comme le rappelle la notion du pharmakon, cette compréhension passe inévitablement par un bouleversement : le savoir apporté par l’acte de lecture est tout à la fois poison et remède. Aussi peut-on parler d’une mise en abyme de la lecture réparatrice et « disloquante » ? Celle-ci se déclinerait en plusieurs volets, que nous illustrerons au travers des récits de deux auteures ivoiriennes : Tanella Boni, poétesse, romancière, essayiste et philosophe, dont nous lirons Matins de couvre-feu (2005) et Les nègres n’iront jamais au paradis (2006), et Véronique Tadjo, poétesse, romancière et illustratrice, pour Loin de mon père (2010) et L’ombre d’Imana. Voyages jusqu’au bout du Rwanda (2000).

 

Séance 3 / Littérature et mémoire de la guerre (2)

27 novembre 2015 / 9h-12h / Maison de la Recherche, salle RE207

Aurélie Barjonet (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC), UVSQ), Lire quand on ne peut pas se souvenir : la troisième génération et la mémoire de la Shoah

Depuis quelques années, une nouvelle génération d’écrivains s’interroge profondément sur la Shoah alors qu’elle est née bien après, dans les années 1960 ou 1970. Qu’il s’agisse de petits-enfants réels ou imaginaires, donc qu’ils se penchent sur une mémoire familiale ou uniquement culturelle, ils ne se résolvent pas, comme ont pu le faire les générations précédentes, à l’héritage de « tout sauf un savoir plein ». Placés eux aussi devant le vide ou l’absence, ils ont toutefois l’ambition de tout savoir et de tout montrer, tout en sachant que c’est impossible. Ce faisant, ils sont nombreux à se figurer en lecteurs (de littérature, de témoignages, d’archives), des lecteurs pétris de questions, d’espoir ou encore de méfiance, nous confrontant ainsi au pouvoir et aux limites de la lecture face à la compréhension d’un passé traumatique.

Je m’arrêterai sur les textes de Daniel Mendelsohn (The Lost : A Search for Six of Six Million, New York, HarperCollins, 2006), Marianne Rubinstein (C’est maintenant du passé, Verticales, 2009), Ivan Jablonka (Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête, Éditions du Seuil, 2012) et Anne Weber (Vaterland. Récit, Éditions du Seuil, 2015) pour montrer comment ces écrivains, au-delà de leurs différences, sont unis par une écriture que j’appelle « malgré tout », sur le modèle du geste assumé par Georges Didi-Hubermann. Ce geste, émancipateur, est sensible dans leur positionnement en tant que lecteur.

 

Ariane Revel (Laboratoire LIS (Lettres, Idées, Savoirs), Université Paris 12), W.G. Sebald : de la voix au récit, une recomposition du monde.

En 2007, six ans après la mort de W.G. Sebald, paraissait en anglais un recueil d’entretiens accordés par l’écrivain, sous le titre The Emergence of Memory ; deux ans plus tard, la traduction française de ces « conversations » paraissait sous le titre L’archéologue de la mémoire. Le jeu des titres français et anglais met en regard deux aspects absolument indissociables du travail de la mémoire dans les textes de Sebald : l’architecture du récit fonctionne souvent à la manière d’une mise au jour méthodique des strates du souvenir, mais elle laisse aussi affleurer la mémoire, qui semble se dégager peu à peu et comme d’elle-même de l’entrecroisement des discours. Ces deux mouvements sont conjoints et dépendent l’un de l’autre ; mais ils restent distincts.

On voudrait s’intéresser à la manière dont les récits de Sebald, dans la manière même dont s’y construit le récit du souvenir, se donne à lire comme l’histoire répétée d’une communauté en construction ; non pas unie autour d’une mémoire partagée mais comme la reprise enchâssée de voix incomplètes : celles de protagonistes tantôt archéologues creusant de façon volontaire un passé rétif au récit, tantôt soulevés et portés un peu plus loin par un affleurement inattendu de la mémoire, dont le sens n’est pas toujours évident. On partira de l’hypothèse suivante, en s’appuyant sur ces œuvres traversées par l’exil que sont Les émigrants et Austerlitz : la manière dont les protagonistes se donnent à lire les uns les autres par le jeu des récits en écho et en reprise les uns des autres est une proposition éthique forte : celle de la composition des voix singulières non pas en une seule voix, à l’unisson, mais en une série de contrepoints. Cette composition apparaît, après la destruction des cadres familiers, comme la seule possibilité de la construction d’un monde commun, à reprendre en permanence, jamais parfaitement ajusté, et auquel le lecteur est à son tour invité à participer, toujours dans ce double mouvement de la fouille attentive et de l’ouverture émerveillée au surgissement d’un souvenir gratuit.

 

Séance 2 / Littérature et mémoire de la guerre (1)

29 mai 2015 / 9h-12h / Maison de la recherche, salle D31

Pascal Payen (PLH-ERASME, UT2J), Mémoires de guerre et paroles publiques dans la cité grecque. Comment dire et lire un passé traumatique ?

Avec la guerre de Troie comme modèle, les Grecs savent, presque depuis le début de leur histoire, que la pire des situations qui puisse s’inscrire dans la mémoire collective survient lorsqu’une cité vaincue est investie. Pour conjurer le souvenir de la mort et des morts, la cité grecque, en particulier la cité des Athéniens, a forgé, à destination d’elle-même, un ensemble de paroles qui ont pour fonction de contrôler et d’ordonner les formes d’expression de la douleur. Les deux principales sont constituées par le genre de l’oraison funèbre et par celui de la tragédie. Dans les deux cas les Athéniens organisent une manifestation publique – discours ou concours – qui réunit les vivants et les morts et où retentit une parole de deuil et de gloire. Que ces manifestations aient lieu chaque année, au même moment et dans le même endroit, montre que la cité a trouvé les moyens et la juste parole pour dire au mieux sa douleur, comme si, en conséquence, l’orateur du discours funèbre et les acteurs et le chœur du concours tragique lisaient un même texte, identique et différent dans ses variations. À travers ces deux genres destinés à toute la collectivité poliade, les citoyens se remémorent et se répètent les modulations chaque année nouvelles, d’un genre – celui de l’oraison funèbre ou celui de la tragédie – identique à lui-même. La lecture et la reconnaissance collectives auxquelles se livrent les présents participent alors d’une « réparation ».

 

Corinne François Denève (, Aziz Chouaki, la fêlure des Coloniaux

En 2006, Aziz Chouaki reçut une commande de la part du Conseil Général de la Meuse : il s’agissait pour lui d’écrire une pièce de théâtre destinée à être jouée à Douaumont pour la commémoration du 90e anniversaire de la Bataille de Verdun, qui mettrait « l’accent sur la participation des troupes coloniales » — alors que, dans le même temps, serait inauguré, à Fleury-devant-Douaumont, le monument-hommage aux soldats musulmans de la Grande Guerre. En sortit Les Coloniaux.

Destinés à figurer un « devoir de mémoire », Les Coloniaux étaient donc initialement censés être un genre de « tombeau » pour cent mille soldats – ou plus. Mais, plutôt que de livrer dans le marbre, ou le granit, à la façon du monument que Stéphane Mallarmé voulut pour Edgar Allan Poe, un récit de la geste des tirailleurs coloniaux dans la Première guerre mondiale, Aziz Chouaki, à la pétrification, préféra l’art de la lézarde : jamais soumis à l’aval des officiels avant sa création, Les Coloniaux se fissurent en de nombreux micro-récits, qui tentent successivement d’approcher une vérité sur la guerre, loin de l’ « histoire officielle ». La pièce choisit certes de mettre l’accent « sur la participation des troupes coloniales », mais en recentrant le grand récit européen sur les « excentriques », les « périphériques », que furent les coloniaux – ou les colonisés.

Les Coloniaux est en effet un récit de fêlure : celle que la Grande Guerre a imposée dans l’histoire mondiale rejoint celle que l’histoire coloniale a infligée à l’Algérie, préoccupation qui était déjà au cœur des Oranges. Au silence de la guerre « qui ne dit pas son nom », à la fissure que la période coloniale dessine dans l’histoire de l’Algérie, Chouaki oppose la parole « fêlée », hésitante, de son anti-héros Mohand, qualifié de « zéro ». Ce faisant, il tente sans doute une réparation : cimenter une unité perdue, du fait des fêlures de l’histoire ; délivrer une parole consolatrice, balsamique, qui pourrait – peut-être – cautériser les plaies du passé. Au figement par la commémoration, Chouaki oppose un texte labile, mobile, qui refuse que le passé de la Première guerre mondiale se referme sur lui-même : il laisse, là encore, une fêlure qui laisse respirer la blessure.

 

Bibliographie

Chouaki, A., Les Coloniaux, Mille et une Nuits, 2009.

–, Les Oranges, Mille et une nuits, 1999.

 

Séance 1 / Introduction

31 mars 2015 /14h-16h / Maison de la Recherche, salle E323

Emmanuel BAROT (ERRaPhis, UT2J), Dans la ligne de mire du polar : les « foyers antisociaux du crime » (Marx)

La littérature policière naît d’une société bourgeoise qui, au 19e siècle, devient policière, devant réprimer méthodiquement le produit social de ses contradictions : de juin 1848, quand l’irruption sur la scène de l’histoire des prolétaires enragés se paie de leur meurtre en masse, à la criminalité ordinaire que Balzac notait déjà grandissante dans les années 1840, va surgir peu à peu cette littérature contradictoirement démocratique par excellence, celle du roman policier, qui constitue le vil, le bas-fond, le violent, le brutal, comme objet légitime de l’écriture littéraire. Les évolutions ultérieures de la littérature policière épouseront les transformations de la société bourgeoise, que ce soit pour les conjurer, les dénoncer, ou même, au contraire, les cautionner. On ne pourra que s’arrêter un peu sur le polar ou « néo-polar » de l’après-68 français qui sera la condamnation consciente, du point de point des opprimés et exploités, d’un système assassin. Mais presque un demi-siècle plus tard, le polar prolétarien semble dépassé ; les auteurs du noir regardent plus vers les classiques américains que leurs aînés gauchistes, reflétant à l’extrême la quasi-absence d’espoir politique que la crise du mouvement ouvrier a profondément ancré depuis les dernières décennies, cependant que les Américains s’en sortent finalement, quand ils s’en sortent, par l’existentiel, le fataliste ou le cynique. Pourtant les foyers anti-sociaux du crime, jusqu’à la décomposition la plus avancée et la mise en scène de l’apparente irrationalité absolue qui l’incarne tout en faisant souvent mine de les absoudre, la figure de la folie psychopathe, n’ont jamais été aussi centraux dans les polars, quels que soient leur style, leur mécanique ou leurs traditions.

L’exposé, mené d’un point de vue marxiste inspiré notamment d’Ernest Mandel, risquera quelques explorations de cette dynamique historique, en s’appuyant sur quelques exemples naturellement abordés avec une absence totale de partialité, en récusant ce point de point de survol désengagé dont Sartre disait qu’il était par définition point de vue de la mort – histoire de rappeler que la littérature du crime, par-delà les variations sur les jeux de l’enquête, est littérature d’un mode de reproduction de la vie sociale programmant sélectivement le contingent de ses morts nécessaires.

 

Suggestions bibliographiques

  1. KRACAUER, Le roman policier, 1922-1925, Paris, Petite Bibliothèque Payot, éd. 2001.
  2. MANDEL, Meurtres exquis. Histoire sociale du roman policier, Paris, La Brèche, 1996.
  3. MÜLLER & A. RUOFF, Le polar français. Crime et histoire (préface de F. Fajardie), Paris, La Fabrique, 2002.
  4. CORCUFF, Polars, philosophie et critique sociale, Paris, Textuel, 2013.

Pour élargir :

  1. RANCIERE, Politique de la littérature, Paris, Galilée, 2007.

J.-P. SARTRE, L’idiot de la famille, tome 3, 1972, Paris, Gallimard, coll. NRF, 1988.

 

Quelques romans sur lesquels l’exposé s’appuiera :

  1. DAENINCK, Tragic City Blues, 1986, J’ai Lu, Policier, 1986 (rééd. Play-back, Folio-policier, 2001).
  2. G. DANTEC, Les racines du mal, Paris, Gallimard, coll. Folio-policier, 1995.
  3. ELLROY, Un tueur sur la route, Rivages/Noir, 1986.
  4. FEREY, Mapuche, Paris, Gallimard, coll. Folio-policier, 2012.
  5. JONQUET, Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte, Paris, Seuil, coll. Roman Noir, 2006.
  6. LEROY, Le bloc, Paris, Gallimard, coll. Folio-policier, 2011.
  7. MERLE, La mort est mon métier, Paris, Gallimard, coll. Folio, 1976.
  8. WESTLAKE, Le couperet, Paris, Rivages/Noir, 1997

 

 

Photo: Thomas Hawk (BY-NC-SA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *