Présentation générale

Présentation générale du séminaire transversal : structure et problématiques

Le projet « Mémoires critiques et créations critiques dans les sociétés post-traumatiques » (MémoCris) consiste en un séminaire mensuel commun à toutes les unités de l’opération SMS-Humanités (REHMA), et développant un ensemble d’actions de recherche pluridisciplinaires organisées selon 3 axes :

  1. Nécropolitique, violence et post-colonialité : morts, deuil et mélancolie
  2. Mémoires, Identités, hégémonies et subalternités
  3. Identification, distanciation, survivance : la mémoire des luttes entre esthétique, métapsychologie, et politique

 Indien_MichaGo  Photo: MichaGo (BY-NC-SA)

Thème et objectifs scientifiques

Le séminaire transversal SMS-Humanités vise à mettre en commun les recherches SHS sur les effets des conjonctures de crises sociales et politiques sur les collectifs qui y sont pris :

  • effets sur les représentations collectives et les dynamiques de l’individuation sociale, du point de vue d’une anthropologie sociale et culturelle ;
  • sur les constructions subjectives dans leurs dimensions symboliques, affectives et imaginaires, du point de vue des théories philosophiques de la subjectivité, de la pensée de la clinique, et de l’épistémologie de la psychanalyse ;
  • sur les pratiques artistiques et plastiques à travers lesquelles les collectivités transforment leur rapport sensible au temps, à leur actualité et leur histoire ;
  • sur les dispositifs conceptuels de l’analyse politique, du point de vue de la philosophie sociale et politique.

Il s’inscrit aussi bien dans un rapport de reproblématisation critique des « régimes de véridiction » qui ont cristallisés au cours des dernières décennies autour d’un « paradigme post-traumatique » (Didier Fassin et Richard Rechtman, L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007), au sein duquel enjeux épistémiques et institutionnels, politico-juridiques et cliniques, sont venus s’intriquer pour redéfinir en fonction d’une « gestion du traumatisme » certains principes de l’action publique, des critères de légitimation et de délégitimation des revendications de droit et de luttes collectives, des normes de production réglementaire et législative.

 colonials senegalese dardanelles_loc  Photo: loc (BY-NC-SA)

Présentation détaillée des axes problématiques du séminaire

AXE 1/ Nécropolitique, violence et post-colonialité : morts, deuil et mélancolie

Ce premier axe s’inscrit dans le cadre d’une analyse des effets après-coup des conjonctures de crise et d’extrême-violence – de guerre, de déstructuration économique ou écologique, de résistances populaires aux destructions des coordonnées sociales, politiques et culturelles de la vie collective –, conjonctures qui forcent à interroger les bouleversements de l’institution de la mémoire, et, partant, la rupture des supports socioculturels des identifications collectives. Il s’agira en particulier de contribuer à l’étude de la façon dont les catégories sociales et culturelles de l’imaginaire de la mort et du deuil se (re)composent dans ces contextes de bouleversement radical de l’ordre du monde, de violences politiques, guerres civiles ou d’exils, en privilégiant la mémoire des dominés ou des groupes dits subalternes.

  • Suivant une approche comparative (Amérique latine – Colombie, Guatemala, Pérou –, Inde, Europe – ex-Yougoslavie notamment), l’analyse portera sur les processus de ritualisation des mémoires de deuil et des pratiques symboliques et matérielles correspondantes (récits et nécrologies, monuments aux morts, muséification, sentiers des maquis et de l’exil, reconstitutions en costume de batailles sur les lieux mêmes où elles ont eu lieu, etc.) ; leur inscription dans le tissu des institutions et des pratiques collectives qui en conditionnent la transmission et la transformation ; leur articulation aux partages symboliques du sacré et du profane, de la nature et de la culture, de la vie et de la mort, des générations et des sexes, du Même et de l’Autre.
  • On interrogera également la place que tiennent ces pratiques dans la construction de contre-mémoires oeuvrant à rebours des partages imposés par la mémoire officielle entre « mauvais » et « bons morts », ou entre morts maudits et « héros », inscrivant au coeur du travail du deuil des rapports de forces indissociablement symboliques et politiques.
  • En dialogue avec les recherches menées par les anthropologues du CAS-LISST sur les phénomènes de « malemort » dans les séquelles des guerres civiles du second XXe siècle, le séminaire fera place aux propositions de la philosophie politique contemporaine sur le travail du deuil public dans les situations de guerre ou d’attentat (voir J. Butler 2005, 2009, 2010, sur le cas du 11 septembre, de la guerre en Irak ou de Palestine), ou de violence endémique exercée sur les minorités (sexuelles ou genrées, raciales, immigrées). Analysant le caractère normatif et sélectif de tout travail de deuil collectivement et publiquement institué, qui fait du deuil public une opération complexe d’appropriation-reconnaissance de l’autre, d’élaboration de l’oubli, et de réaffirmation d’une certaine norme ; interrogeant d’autre part les effets compulsifs et destructeurs du déni du deuil sous la forme d’un retour spectral de cela même qui est dénié, la forclusion de la perte produisant une mélancolisation collective susceptible de se traduire en une démultiplication de sujets anomiques, sinon se décompenser dans des formes d’« acting out » aux allures paranoïsantes d’auto-immunité et de toute-puissance ; approfondissant enfin la nécessaire (et hautement aporétique) co-implication de ces deux logiques du deuil politique, de la normation et de la forclusion, ce champ de la philosophie contemporaine permet d’interroger ici la façon dont le deuil, épreuve de la dépossession et de l’hétéronomie par excellence, rejoue le nouage qui s’opère dans les recréations de mémoires entre norme, reconnaissance, et violence. Réactivant les conceptions hétérologiques de la subjectivité dans les philosophies françaises post-lacaniennes, dont elle renouvelle en retour la lecture, il permettra également de réouvrir le problème, qu’avaient soulevé en leur temps De Certeau et Derrida à la jonction de la pensée politique avec une anthropologie « métapolitique », de l’inclusion du deuil dans la constitution d’une subjectivation politique. Mais elle peut représenter plus généralement, de ce point de vue, un intercesseur privilégié pour un travail transdisciplinaire, pour déplacer la question du deuil du niveau du psychisme individuel à celui d’une « autre scène » collective, et mettre à l’épreuve les possibilités de transferts conceptuels entre la psychanalyse, l’anthropologie sociale et la pensée politique. Ainsi des concepts pluralisant les modalités de la censure : de refoulement, de forclusion, de déni, – ou encore complexifiant la conception d’un temps « a-chronologique », tels les concepts de fantasme originaire, de trauma, de répétition et d’après-coup. D’une manière générale, il s’agira donc de mettre en question l’opérativité d’une conceptualité renvoyant fondamentalement aux différentes manières dont peuvent se trouver mises en crise les opérations d’élaboration symbolique et imaginaire de « ce qui arrive ».

 slave ship_Paul Townsend  Photo: Paul Townsend (BY-NC-SA)

AXE 2/ Mémoires, Identités, hégémonies  et subalternités

Ce second axe du séminaire s’attachera aux renouvellements de la pensée sociale et politique issus des luttes des minorités, « sulbalternes », féministes, et « post-coloniales », interrogeant les mécanismes de la « violence épistémique » qui soumettent les pratiques herméneutiques des textes théoriques ou littéraires au point de vue politique d’une « tactique du sens », sensible aux rapports de forces et de domination internes aux possibilités discursives. Elles résonnent en outre avec la réactivation, à travers le renouvellement des travaux historiographiques et d’ethnohistoire sur les « régimes d’historicité », et à rebours d’une catégorie supposée homogène de « temps historique », à rebours également des Weltanschauungen totalisantes, l’attention aux manières différenciées dont les sociétés construisent leurs rapports aux temps, les symbolisent et les ritualisent, les intellectualisent et les éprouvent. Manières différenciées, manières conflictuelles aussi : l’analyse des processus par lesquels les sociétés construisent la temporalité historique dans laquelle elles sont prises, a ouvert un questionnement décisif sur les transformations problématiques, voire les bouleversements et les destructions des régimes d’historicité. Les situations de crise cessent d’être simplement référables à des moments particuliers dans un cours de l’histoire ; elles deviennent pensables comme des ruptures de ce cours même, des fêlures de l’historicité comme telle, qui peuvent rendre problématique le fait, et la possibilité même, pour des individus et des groupes, qu’il y ait encore « de l’histoire ».

  • Analyse des processus critiques de « subjectivation politique », référables à des configurations socio-historiques, structurelles ou conjoncturelles, qui imposent des formes de rapports à soi en porte-à-faux ou en rupture vis-à-vis des codes sociaux, des représentations collectives d’intérêt et de valeur, des circuits institutionnalisés de la demande et de la reconnaissance sociales. Processus « critiques » aux deux sens du terme, donc : renvoyant à des formes de subjectivité essentiellement instables, contradictoires ou précaires, mais aussi porteuses – du moins nombre de nos contemporains le supposent et s’efforcent d’en penser les conditions – de forces de contestation, de résistance aux régimes d’oppression et d’assujettissement dominants, et de nouvelles créations émancipatrices. (Réappropriations de l’héritage de la sociologie critique de l’Ecole de Francfort ; développements contemporains des études sulbalternes, féministes, et post-coloniales ; renouveau de recherches post-marxistes, notamment dans le sillage des travaux de Gramsci, de l’opéraïsme italien, de l’althussérisme, sur l’ambivalence des identifications collectives que suscitent les luttes sociales, etc.)
  • Outre un ensemble d’activités articulant missions de terrain et ressaisie épistémologique et théorique dans le cadre du séminaire, sur l’Inde, foyer historique des études subalternes dont les débats continuent de structurer les débats y compris dans des contextes non indiens, le séminaire donnera place à un travail encore peu développé en France sur la question (post)coloniale et les mémoires dominées africaines.

 City center from hotel Rio_Cameron Grant  Photo: Cameron Grant (BY-NC-SA)

AXE 3/ Identification, distanciation, survivance : la mémoire des luttes entre esthétique, métapsychologie, et politique

Ce troisième axe du séminaire consistera à mettre en dialogue les problèmes anthropologiques, épistémologiques et politiques posés par les (re)constructions de mémoires dominées, avec l’analyse concrète d’œuvres donnant à voir les processus créateurs aux prises avec les destructions et reconstructions des mémoires de crise, de conjoncture de violence voire d’extrême violence ; – à confronter donc l’étude des reconstructions de mémoires dominées, refoulées ou « forcloses », au repérage de leur matérialité sensible, leurs pratiques concrètes et leurs supports, discursifs et narratifs, mais aussi figuraux et plastiques, faisant du travail des arts, non une illustration de savoirs préexistants, mais une source de production, de remise en cause ou de transformation des savoirs collectifs, anthropologiques, philosophiques et politiques. En tant qu’elles informent la subjectivité des agents qui s’y trouvent impliqués ou engagés, ces créations de mémoires constituent un cas particulièrement révélateur des processus conjoints d’intégration et de rejet, de souvenir cultivé et d’oubli nécessaire qui marquent la production des identités collectives. Une recherche à leur sujet impose à ce titre une réflexion sur les rapports dans lesquels peuvent entrer les sciences humaines et sociales avec des constructions littéraires, scéniques et cinématographiques de la mémoire collective, donc dans le champ des pratiques artistiques où interfèrent bouleversement historique et désordre du sensible, et où le travail du percept se fait expérimentation créatrice de nouveaux rapports sociaux et de nouvelles forme de subjectivité en prise avec les mutations du monde actuel : tant par le travail de la fiction où, par la mise en « jeu » d’un savoir établi, s’ouvre un espace d’expérimentation de nouveaux rapports à soi, épistémiques et politiques, que par l’expérimentation stylistique, littéraire et plastique, comme mode symptomatologique d’exposition des forces sociales et des devenirs collectifs qui traversent les sociétés contemporaines, et comme invention de nouvelles discursivités et de nouvelles visibilités sur le champ social-historique.

Parmi les questions convergentes des chercheurs collaborant au séminaire MémoCris, le travail collectif portera sur les inscriptions symbolico-imaginaires faisant valoir la résistance qu’opposent les traces à leur propre effacement (problèmes des narrations de l’exil, ou problème de la mise en image des « disparus »), sur les créations de contre-mémoires au sein même des conjonctures d’extrême-violence qui tendent à les détruire. Comment analyser en somme les opérations par lesquelles s’enchevêtrent, dans le travail plastique du texte et de l’image, la violence et la contre-violence, le refoulement et l’anamnèse, la distanciation et la reconstruction d’identités collectives irréductiblement – comme elles le sont toutes –  « ambiguës » (E. Balibar, I. Wallerstein, Race, nation, classe. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1988)?

children runes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *