Le « colonialisme intérieur »

Séance d’introduction

mercredi 8 avril 2015

16h30-18H, Maison de la recherche, salle E323

Les ateliers Phil’oc

Coordonnées par Aurélien Berlan (ERRAPHIS), Gilles Couffignal ( PLH-ELH) et Patrick Sauzet (CLLE-ERSS), les ateliers Phil’Oc ont pour objectif de réunir des chercheur-se-s de différentes disciplines autour du domaine occitan. La thématique retenue, autour du « colonialisme intérieur » se trouve à la croisée des axes « Émancipations et créations critiques » (ERRAPHIS) et « littérature occitane, littérature des “Midis” » (PLH-ELH).

 

Le « colonialisme intérieur »

Histoire critique d’un schéma d’analyse de la domination sociale et culturelle

 Le « colonialisme intérieur » est une expression que l’on retrouve dans certains discours occitanistes des années soixante et soixante-dix, devenant même une thématique littéraire. Sa pertinence et son emploi politiques et économiques ont cependant été remis en cause. Comment et pourquoi la revendication occitane a-t-elle pu s’emparer d’une telle expression, déplaçant en métropole un schéma de lutte propre aux anciennes colonies ? Le premier objet des ateliers Phil’Oc est de mettre en résonance les usages occitanistes du « colonialisme intérieur » avec différentes traditions théoriques, de la philosophie sociale et politique jusqu’aux études postcoloniales, pour éclairer ses conditions d’apparition et mesurer ses effets critiques.

 

Bring Postcolonialism Home !

Depuis quelques décennies, les études postcoloniales ont transformé notre vision de l’histoire du globe et tout particulièrement des pays anciennement colonisés par les puissances occidentales, ainsi que notre manière d’envisager les mécanismes de la domination sociale, politique et culturelle. Il s’agirait de voir si ces études ne sont pas susceptibles de modifier également notre vision de l’histoire européenne et des relations de pouvoir qui s’y sont nouées. L’histoire des dominations à l’extérieur de l’Europe n’est-elle pas en mesure d’éclairer des pans négligés ou occultés de notre propre histoire, de mettre en lumière le fait que la domination coloniale s’est peut-être d’abord déployée dans le rapport centre-périphérie à l’intérieur même de l’Europe ?

 

« Indians de totas las colors, descolonizarem la tèrra »

Ces questions prennent plus de sens si on les pose en référence à un contexte particulier: en l’occurrence, pour nous à Toulouse, en référence au monde occitan. En s’engageant auprès des mineurs grévistes de Decazeville (Aveyron) en 1961-1962, certains militants occitanistes ont mis en cause la domination française en parlant de « colonialisme intérieur ». Quelques années plus tard, le chanteur Claude Martí, lecteur de Frantz Fanon, faisait le lien entre conscience historique occitane et luttes en faveur des peuples et des langues dominés : « Indians de totas las colors, descolonizarem la tèrra, Montsegur, te dreissas pertot [Indiens de toutes les couleurs, nous décoloniserons la terre, Montségur, tu te dresses partout] ». Ce « colonialisme intérieur » est-il une véritable catégorie d’analyse politique ou un simple slogan ? Quels sont les points communs et les différences entre colonialisme intérieur et extérieur ? Quel fut l’impact pratique et politique de ce concept ? À quels débats a-t-il donné lieu et pourquoi a-t-il été refusé par certains militants occitanistes ?

 

« Le quotidien remplace les colonies »

De manière plus générale, le thème de la colonisation est un schème critique qui a été largement utilisé, notamment en philosophie, pour diagnostiquer les pathologies du monde moderne. Rosa Luxemburg analyse les liens entre capitalisme et colonialisme ; Henri Lefebvre, affirmant que « le quotidien remplace les colonies » après la Seconde Guerre mondiale, suggère que la vie quotidienne serait le nouvel espace à coloniser ; Jürgen Habermas développe le thème de la colonisation du monde vécu par les sous-sytèmes du marché et de l’État, etc. Quelles passerelles peut-on faire entre ces théorisations et le mouvement occitan ? Quels décalages entraînent-elles par rapport à la manière dont le « colonialisme intérieur » a été interprété par différents penseurs occitanistes ?

 

Pistes de recherches

Marxisme et mouvements occitans : De nombreux liens entre marxistes et occitanistes demandent à être démêlés. Pourront ainsi être abordées les figures de Félix-Marcel Castan, penseur occitaniste et membre de l’institut de recherches marxistes, Yvon Bourdet, sociologue austro-marxiste et occitaniste ou encore les liens entre Robert Lafont, militant et universitaire occitaniste, et Yves Person, ancien administrateur colonial, africaniste, militant breton et communiste.

La métaphorique coloniale et indigène dans la littérature, la chanson et la poésie occitanes du xxe siècle.

Liens et comparaison avec d’autres espaces culturels sous domination française, mais présentant d’autres caractéristiques sociales.

 

Photo: FroZman (BY-NC-SA)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *