Asháninka Benki Piyãko à l’UT2J

Avec le soutien du master Erasmus Mundus EuroPhilosophie, de l’Equipe de Recherches sur les Rationalités Philosophiques et les Savoirs (ERRaPhiS), l’Université de Toulouse II Jean Jaurès accueille les 7 et 8 décembre 2015 sur le campus du Mirail, le leader politique et chaman Asháninka Benki Piyãko.

Benki Piyãko est la figure emblématique du peuple Asháninka (un peuple « frontière » disséminé entre Pérou et Brésil). Depuis une vingtaine d’années Benki Piyãko se bat au quotidien, pour la préservation des savoirs et des terres de ses ancêtres et contre l’exploitation des ressources naturelles du territoire Asháninka (bois précieux, coca, pétrole, gaz) et les fléaux qui l’accompagnent : la corruption, la prostitution, la drogue, l’alcool et la violence meurtrière des milices privées. Il a créé en 2007 le centre Yorenka Ãtame (Centre des Savoirs de la Forêt) dans le but de restituer à son peuple et d’enseigner à des étudiants du monde entier les pratiques ancestrales de préservation des richesses spirituelles et agricoles de la Forêt.

La venue de Benki Piyãko à Toulouse est organisée en collaboration avec l’espace Krajcberg de Paris en lien avec le projet « Le cri pour la planète » lancé par l’espace Krajcberg dans le cadre de la COP21 : http://www.espacekrajcberg.com/#!le-cri-pour-la-plante/cc73 et la Quinzaine Amazonienne 2015 (http://www.laquinzaineamazonienne.com/). Benki Piyãko participera à la rédaction des 10 propositions pour la planète conçues par les peuples de la forêt amazonienne qui seront présentées aux tables des négociations pour le climat et tiendra une conférence au Musée du Quai Branly le 5 décembre 2015.

Il sera accompagné de la chamane Asháninka Marisol Samaniego Pascual, dit Marishöri Najashi. Originaire du Pérou, elle est interprète de la langue Asháninka, et a organisé de nombreux évènements au Pérou, en Europe et au Moyen-Orient, pour faire connaître les savoirs amérindiens. Elle fait actuellement partie de la Commission Organisatrice du IIème Congrès Binational Asháninka Pérou/Brésil prévu en 2016.

Benki programme

Programme:

Le 7 décembre : Rencontres avec Benki Piyãko

Ø  De 14h à 17h, Benki Piyãko rencontrera les étudiants et les chercheurs dans l’Amphi F417 de la Maison de la Recherche pour une présentation du centre Yorenka Ãtame (Centre des Savoirs de la Forêt).

Ø  De 19h30 à 21h, conférence de Benki Piyãko sur les enjeux politiques de la défense des territoires et des savoirs indiens dans le cadre des discussions sur le climat. Espace Duranti – Salle Osète, 6 Rue du Lieutenant Colonel Pélissier à Toulouse. (cf. ci-dessous le Manifeste Asháninka rédigé à Lima dans le cadre de la COP-20)

Le 8 décembre : Journée de l’arbre

ØSignature du Manifeste de l’arbre (http://lemuseedelinvisible.org/signez-le-manifeste-de-larbre/), exposition des Arbrassons de José Le Piez (http://www.arbrasson.com/ ) et des œuvres du Musée de l’Invisible (à l’initiative de Pascal Pique) (http://lemuseedelinvisible.org/language/fr/), toute la journée dans le Hall d’entrée du nouveau bâtiment de la Maison de la Recherche.

Ø  De 9h à 12h00, dans l’amphi F417 de la Maison de la Recherche : Contre-anthropologies de la forêt amazonienne.

o   Guillaume Sibertin-Blanc et Quentin Mur (UT2J) : Présentation de « Contre-anthropologie, traductions », un recueil de textes d’Eduardo Viveiros de Castro sur les luttes indiennes en cours de traduction à l’ERRaPhiS.

o   Jean-Christophe Goddard (UT2J) : L’anthropologie critique du chaman yanomami Davi Kopenawa et l’arbre à chant de la Forêt.

o   Ernst R. Zürcher (Haute école spécialisée bernoise. Architecture, bois et génie civil) : L’arbre entre science et mythologie.

o   José Le Piez (Sculpteur d’arbres et de sons) : Présentation des arbrassons.

o   Pascal Pique (Musée de l’Invisible) : Présentation du manifeste de l’arbre et de Pierre Capelle

Ø  De 12h30 à 14h00 : Concert-performance des arbrassons de José Le Piez et Patricia Chatelain dans le Hall d’entrée du nouveau bâtiment de la Maison de la Recherche.

Ø  De 15h00 à 17h00 : dans le parc du Château, rencontre entre Benki Piyãko et Pierre Capelle (guérisseur par l’arbre).

 

Photo: Vihh (BY-NC-SA)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *