Appel à contributions, nécroécriture et capitalisme au Mexique

(Version en espagnol ci-dessous)

Journée d’étude organisée par l’IRIEC (Institut de Recherche et d’études culturelles)

(proposée dans le cadre du séminaire du réseau Arpège de la MSH de Toulouse,

Publication dans la revue ATLANTE, Lille 3)

Nécroécriture et capitalisme au Mexique

13 mars 2015, salle D 30 de la MDR, Université Toulouse – Jean Jaurès

Coordinatrice : Marie-Agnès Palaisi-Robert (marobert@univ-tlse2.fr)

En présence de l’écrivaine mexicaine Cristina Rivera Garza (Tamaulipa, 1964), invitée de la Chaire Amérique Latine de l’IPEAT (Institut Pluridisciplinaire pour les études sur les Amériques), professeure à  l’université de Californie, San Diego, auteure de deux essais (Los muertos indóciles, 2013 et Dolerse, textos de un país herido, 2011) portant sur la place de l’écrivain et le rôle de l’écriture dans la société néocapitaliste qui seront la base de notre travail.

Les réflexions de Cristina Rivera Garza s’inscrivent dans la lignée des travaux d’Achile Mbembe, Giorgio Agamben, Michel Foucault et Judith Butler. Face au déferlement de violences dont souffre le Mexique depuis une vingtaine d’années, violences liées au narcotrafic et à la corruption, puis accrues après que le président Calderón a déclaré la guerre au narcotrafic en 2006, quel est le pouvoir de l’écriture dans une société gangrénée par la violence ? Face à la démission de l’état mexicain, quel est le devoir du citoyen et celui de l’écrivain ? Cristina Rivera Garza propose de créer le terme de « nécroécriture » pour identifier tous les textes parus depuis 1994 qui représentent la mort dans tous ses états et qui s’articule sur le glissement d’un « biopouvoir » (Foucault) à une « nécropolitique » (Agamben) pour comprendre le Mexique contemporain. La nécroécriture pourrait-elle être une autre forme de représentation de la mort capable de stopper le déferlement d’images morbides et violentes diffusées par les medias et les narcotrafiquants et d’en infléchir le sens ?

Nous réfléchirons ensemble à ces questionnements à partir de la littérature, de la philosophie, de l’histoire et de la sociologie.

Propositions de communication avec titre et résumé avant le 19 décembre à marobert@univ-tlse2.fr

***

Jornada Organizada por el IRIEC-Toulouse

 (en el marco del seminario de la red Arpège de la MSH de Toulouse,

Publicación en la revista ATLANTE, Lille 3)

Necroescritura y capitalismo en México

13 mars 2015, salón D 30 de la MDR, Université Toulouse – Jean Jaurès

Coordinadora : Marie-Agnès Palaisi-Robert (marobert@univ-tlse2.fr)

En presencia de la escritora mexicana Cristina Rivera Garza (Tamaulipa, 1964), profesora invitada de la cátedra América Latina del IPEAT (Instituto Pluridisciplinar para los estudios sobre las Américas), profesora en la universidad de California, San Diego y autora de dos ensayos (Los muertos indóciles, 2013 et Dolerse, textos de un país herido, 2011) dedicados al papel del escritor y de la escritura en la sociedad neocapitalista  sobre los cuales se basa esta jornada.

Las reflexiones de Cristina Rivera Garza se enmarcan en la continuidad de los trabajos de Achile Mbembe, Giorgio Agamben, Michel Foucault y Judith Butler. Frente a la desencadenamiento incontrolable de la violencia en México desde hace unos veinte años, violencias vinculadas con el narcotráfico y la corrupción y que se multiplicaron aún después que el presidente Calderón declaró la guerra al narcotráfico en el 2006, ¿cuál es el poder de la escritura en una sociedad asfixiada por la violencia ? Frente a la dimisión del estado mexicano, ¿cuál es el deber del ciudadano ? ¿Del escritor? Cristina Rivera Garza crea el término de necroescritura para identificar los textos publicados desde 1994 que representan la muerte bajo todas sus formas y lo articula en torno al paso de un « biopoder » (Foucault) a una « necropolítica » (Agamben) para comprender el México contemporáneo. La necroescritura ¿podría ser otra forma de representación de la muerte capaz de detener el desembocamiento de imágenes mortíferas y violentas difundidas en los media y por los narcotrafiquantes ? ¿Sería capaz  de modificar el sentido de la vida y la muerte ?

Reflexionaremos juntos sobre esas preguntas a partir de la literatura, de la filosofía, de la historia y de la sociología.

Propuestas de ponencia con título y resumen hasta el 19 de diciembre a marobert@univ-tlse2.fr

 

Photo: Armando Aguayo Rivera (BY-NC-SA)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *