IMAGES MALGRÉ TOUT ? REVOIR 14

Journées d’études internationales, Toulouse, 19 et 20 septembre 2014

Université Toulouse-Jean Jaurès et Médiathèque José Cabanis

Manifestation labellisée par la Mission du Centenaire 1914-1918

Comité d’organisation : Philippe BIRGY, Adèle CASSIGNEUL, Elsa CAVALIE, Jean-Yves LAURICHESSE, Philippe MAUPEU, Laurent MELLET, Sylvie VIGNES.

Contact : cas@univ-tlse2.fr – 05 61 50 35 51

Affiche Revoir 14             Programme Revoir 14

Journées organisées par l’Université de Toulouse Jean-Jaurès (laboratoires « Cultures Anglo-Saxonnes » et « Patrimoine, Littérature, Histoire », avec le soutien du laboratoire d’excellence « Structuration des Mondes Sociaux », du Département de Lettres Modernes, Cinéma, Occitan, du Département d’Études du Monde Anglophone), en partenariat avec la Médiathèque José-Cabanis, la Maison des Écrivains et de la Littérature et la librairie Ombres blanches. Manifestation labellisée par la Mission du Centenaire 1914-1918.

 —

Quel est le rôle des images dans la lisibilité de l’histoire ? Et comment faire, lorsque le dernier des vétérans de la Grande guerre s’est éteint en 2009, pour perpétuer une mémoire, ses récits et continuer à écrire l’histoire d’un conflit qui a frappé le siècle ? La mémoire vive n’est plus et a confié aux générations suivantes le soin de faire sens de ce qu’elle laisse, véritable constellation mémorielle où les images (peinture et photographie) ont gardé toute leur force.

Engagée dans un combat contre l’oubli, la production littéraire française et britannique des trente dernières années s’est attachée à figurer les événements de la guerre et a tenté de circonscrire avec les mots ce qui toujours échappe ou ne se dit pas : l’incommensurable horreur de la vie au front, la blessure jamais vraiment refermée du traumatisme, l’indicible douleur de ceux qui assistaient impuissants aux désastres de la guerre et le combat étouffé des pacifistes, qui refusaient de participer à l’effort de guerre.

Vestige d’un temps passé et image-témoin, l’image laisse une trace. Qu’elle soit documentaire ou outil de propagande, qu’elle dénonce la violence guerrière ou fasse l’apologie d’un patriotisme fervent, l’image prend position et continue de nous regarder, de nous questionner. Entre fantôme et symptôme, l’image survivante hante le texte. En miroir, certains artistes contemporains recherchent dans le paysage l’empreinte qu’a laissée la littérature de la Grande Guerre, ou créent une nouvelle iconographie cherchant à combler l’aporie de l’événement.

Nous souhaitons ainsi réfléchir aux rapports que la littérature, la bande dessinée, la peinture, la photographie contemporaines entretiennent avec les images d’archives aujourd’hui disponibles, nous demander comment le XXIe siècle se réapproprie, souvent par le biais de l’intermédialité, des faits qui de plus en plus s’éloignent. Il s’agira de comprendre les images qu’il nous reste de 14-18 dans leur relation à l’écriture et à l’art, c’est-à-dire de les inclure dans une réflexion historique et littéraire, mais également de les voir, de les regarder pour les connaître, de les déchiffrer pour saisir une réalité qui désormais nous dépasse, nous échappe, mais nous concerne toujours, en les confrontant à la production actuelle.

Historial de la Grande Guerre ˆ PŽronne (Somme)

Vendredi 19 septembre

Université Toulouse-Jean Jaurès, Maison de la Recherche, salle D29

8h45 : accueil des participants

9h : ouverture, introduction par Adèle CASSIGNEUL et Philippe MAUPEU (Université Toulouse-Jean Jaurès)

9h30 : Pierre SCHOENTJES (Université de Gand), « Objectif guerre ».

10h : Stefan BONESS (photographe, Allemagne), présentation de Flanders Fields, travail de re-photographie des lieux de la Grande Guerre.

10h30 : discussion et pause.

11h : Rémi GONZALES (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Sur 14 de Jean Echenoz (2012) : une écriture audiovisuelle de la Grande Guerre ».

11h30 : Catherine LANONE (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) : « Honte à la guerre : le monument revisité ».

12h : discussion.

14h : Elsa CAVALIÉ (Université Toulouse III-Paul Sabatier), « (Dé)figurer 14 : Pat Barker et la Slade School of Art ».

14h30 : Marion DELAGE DE LUGET (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis), « Donner un nouveau visage à la Grande Guerre : Kader Attia, The repair from occident to extra-occidental cultures ».

15h : discussion et pause

15h30 : Catherine BOUKO (Université Libre de Bruxelles), « L’expérience Léon Vivien ou la mise en récit de la Grande Guerre sur Facebook ».

16h : Dominique GAUTHIEZ-RIEUCAU (Université Paul Valéry-Montpellier III), « Faire parler la pierre. Images de la Grande Guerre revisitée à la lumière d’un atelier d’écriture ».

16h30 : discussion.

 

18h, Librairie Ombres blanches (3 rue de Mirepoix, Toulouse) 

Rencontre avec Éric VUILLARD, auteur de La Bataille d’Occident, Actes Sud, 2012 (entretien avec Jean-Yves LAURICHESSE et SYLVIE VIGNES).

 

Samedi 20 septembre

Médiathèque José-Cabanis, Grand Auditorium

10h : Adrien GENOUDET (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis), « Images malgré elles : appropriations et constructions de la visualité de la Première Guerre mondiale dans le corps bédéistique ».

10h30 : Philippe MAUPEU (Université Toulouse-Jean Jaurès), « Introduction à Fritz Haber, de David Vandermeulen ».

11h : discussion et pause

11h30 : Entretien de Philippe MAUPEU avec David VANDERMEULEN, auteur de la série Fritz Haber (Delcourt, 2005-2014).

14h : Éric VUILLARD (auteur de La Bataille d’Occident, Actes Sud, 2012), « Qui raconte des histoires ? ».

14h30 : discussion.

14h45 : Marine BRANLAND (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Évolution des représentations plastiques de la Première Guerre mondiale (1914-2014) : synthèses plastiques, fragments, traces ».

15h15 : David BOYD HAYCOCK (historien de l’art, Royaume-Uni), « Les peintres britanniques de la Grande Guerre ».

15h45 : discussion et pause.

17h : Spectacle Place Monge, ou le destin brisé d’une famille dans la Grande Guerre, lecture, musique, images (d’après le roman Place Monge de Jean-Yves LAURICHESSE, Le Temps qu’il fait, 2008), avec Hyacinthe CARRERA (lecture), Mélodie GIOT (violoncelle) et Ana LAURICHESSE (conception et piano).

 

Photos: Yannick Vernet (BY-NC-SA)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *